Volet Biodiversité de la Démarche de Progrès : programme de dialogue « Agriculteurs-Apiculteurs »

visuel-progres-colza-diester28062016a

28 juin 2016 • Colza Diester et Solutions COP21 • Vues: 444

Contexte

La Démarche de Progrès Colza Diester®, lancée en 2007, a pour objectif l’amélioration des bilans environnementaux de toutes les étapes de production du Diester® vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre, de l’énergie fossile consommée, de la biodiversité et de l’eau. Le travail s’est concentré, dans un premier temps, sur l’énergie et les émissions de GES. Le volet « Biodiversité » de la Démarche de Progrès se développe dorénavant sur le terrain.

Parallèlement aux travaux de Terres Inovia, qui permettront d’aboutir à la conception d’un diagnostic basé sur des indicateurs de biodiversité en cours de définition, il a été décidé de lancer une première action de terrain sur la thématique des abeilles, un sujet emblématique.

Ambition de la démarche

De par le caractère mellifère du colza, des liens forts existent entre cette culture et l’apiculture. Par conséquent, un dialogue approfondi et constructif a été engagé entre producteurs de colza et apiculteurs professionnels, afin d’identifier et de tester des pratiques mutuellement bénéfiques et applicables, puis de valoriser et promouvoir ces initiatives dans le cadre de la Démarche de Progrès. L’objectif global étant de favoriser la concertation entre agriculteurs et apiculteurs professionnels.

Ainsi, les partenaires de la Démarche de Progrès, et notamment Avril et la FOP, se sont rapprochés de l’Itsap – Institut de l’Abeille afin de proposer des ateliers d’échanges agriculteurs – apiculteurs. Ces ateliers ont été réalisés en février 2016 avec le concours des Coopératives Bourgogne du Sud et Vivescia, ainsi qu’avec l’Anamso.

Les constats et avancées

Basés sur un exercice de mise en situation, les échanges entre professionnels ont été très positifs. Face au constant d’un manque de connaissance réciproque sur leurs activités respectives, agriculteurs et apiculteurs ont partagé des informations. Ceci a permis à chacun de prendre conscience des spécificités, contraintes et logiques de ces deux métiers et ainsi de faire tomber les préjugés et idées reçues. Agriculteurs et apiculteurs ont cerné les conditions permettant la réalisation conjointe de leurs activités au sein d’un territoire commun : besoins en ressources florales abondantes et variées tout au long de l’année pour les apiculteurs, possibilité de pouvoir protéger efficacement les cultures contre les ravageurs pour les agriculteurs, nécessaire structuration institutionnelle du monde apicole, besoins de mise en contact au niveau local entre agriculteurs et apiculteurs, préservation de la viabilité économique de ces deux activités, etc. Tous les sujets ont pu être abordés de manière constructive.

Les ateliers ont contribué à conforter ou impulser des actions concrètes : tours de plaine organisés avec des apiculteurs locaux, poursuite des échanges lors de rencontres informelles, rapprochements institutionnels entre coopérative et monde apicole, etc.

Le programme est amené à être renouvelé en 2017.

Voir la vidéo reportage d’un des ateliers réalisés en février 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *