Jean Baptiste Schreiner

Quand je dose bien mes engrais, le climat ne trouve rien à redire. Jean-Baptiste Schreiner

20 octobre 2015 • Colza Diester et Solutions COP21 • Vues: 1170

Pour se développer le colza a besoin d’engrais . Mais pas n’importe lesquels et pas à n’importe quelle dose. Il en faut ni trop, ni trop peu
Trop, c’est mauvais pour l’environnement, et c’est du gaspillage.
Trop peu , c’est mauvais également pour l’environnement car ça ne permet pas à la culture d’optimiser les apports.
Pour calculer la juste dose on utilise des outils d’aide à la décision très précis qui prennent en compte la nature des sols, le rendement espéré et différents critères …
C’est ce qui permet d’avoir un bon bilan gaz à effet de serre.


Maîtriser la fertilisation azotée c’est faire des économies.
Concrètement, il s’agit d’évaluer la dose optimale pour la culture et donc, d’éviter la surfertilisation. C’est le « ni trop ni trop peu ». Comment ? De nombreux plans d’action ont une incidence très concrète sur les bilans environnementaux. Un exemple : les Outils d’Aide à la Décision (OAD) qui permettent d’ajuster les quantités d’engrais dont les plantes ont besoin. On remarque d’ailleurs que les exploitations ayant le plus réduit leurs impacts environnementaux sont également celles qui ont maintenu voire augmenté leur marge nette : performances environnementales et économiques vont de pair !


Définition : Plan de fumure
Le plan prévisionnel de fumure est un outil de raisonnement de la fertilisation dont le but est de fournir à l’agriculteur, un conseil de fertilisation pour chacune de ses parcelles.

Commentaires sont clôturés

7945cf84aadaea98077f0c3554e7a633##################