Maîtriser la fertilisation azotée, c’est faire des économies.

30 avril 2014 • Colza Diester et Solutions COP21, Plus sur le colza • Vues: 1528

Concrètement, il s’agit d’évaluer la dose optimale pour la culture et donc, d’éviter la surfertilisation. C’est le « ni trop ni trop peu ». Comment ? De nombreux plans d’action ont une incidence très concrète sur les bilans environnementaux. Un exemple : les Outils d’Aide à la Décision (OAD) qui permettent d’apporter les quantités d’engrais dont les plantes ont besoin. On remarque d’ailleurs que les exploitations ayant le plus réduit leurs impacts environnementaux sont également celles qui ont maintenu voire augmenté leur marge nette : performances environnementales et économiques vont de pair !


Si vous êtes pour, rejoignez-nous.

Commentaires sont clôturés

efficitur. libero accumsan ut Sed Nullam tristique adipiscing ut