Le colza, un potentiel de rendement qui dépasse les 80 q/ha !

Comparaison rendement colza_source Hebonger

17 novembre 2014 • Plus sur le colza • Vues: 3212

Il est toujours très difficile d’évaluer le potentiel maximum de rendement d’une espèce, quel qu’elle soit ; Il en va de même pour le colza. Néanmoins on peut estimer, sans se tromper compte tenu des performances déjà relevées au champ, que celui-ci est au moins de 80 quintaux par ha. 

Les meilleures performances moyennes départementales ont été enregistrées en 2011 sur les départements du Nord et du Pas de Calais, avec 48 q/ha pour des surfaces récoltées de plusieurs dizaines de milliers d’hectares. Atteindre de tels niveaux nécessite que les rendements en exploitation soit très régulièrement au-delà des 50 q/ha et même des 60 q/ha.

La barre des 70 q/ha a été dépassée avec certitude en parcelle d’agriculteurs en de très rares occasions, tant en France, qu’en Grande Bretagne ou en Allemagne. Ainsi, une parcelle d’un peu plus de 4,8 ha cultivée dans les Flandres en 2011, à proximité d’Hazebrouck (59), a atteint un rendement de 72 q/ha. La même année, de l’autre côté de la Manche dans le North Yorkshire, nos collègues anglais ont rapporté le cas d’une parcelle de 20 ha ayant atteint en moyenne 73 q/ha.

Le caractère exceptionnel du contexte climatique de l‘année 2011 dans le Nord-Ouest de la France explique également les performances enregistrées dans un essai variétés récolté dans le Pas de Calais où la variété la moins performante n’a fait « que » 72,9 q/ha, la meilleure 85,5 q/ha ! Même si ces résultats ne reflètent que des performances enregistrées sur quelques dizaines de m², elles n’en restent pas moins édifiantes.

Les marges de progrès sont donc réelles, mais il convient de rappeler que les hauts et très hauts rendements ne peuvent être atteints qu’avec l’aide d’une climatologie très favorable, une pression maladies et ravageurs minimale et une conduite de culture optimisée (mais non maximisée).

Ces performances n’auraient jamais pu être obtenues sans les progrès remarquables de la sélection tant en termes de performances maximales que d’améliorations apportées au comportement agronomique des variétés, résistances aux maladies, tolérance à la verse ou meilleure tenue à l’égrenage par exemple.

Le graphique ci-dessus permet de visualiser les écarts de rendement existant entre le potentiel estimé maximum de l’espèce colza à l’heure actuelle et les quelques indicateurs de rendement évoqués précédemment.

Si vous êtes pour, rejoignez-nous.

Commentaires sont clôturés